Serpodile était à la journée des dys

cahiers pour dyspraxiques dysgraphiques

 

Samedi c’était la 6ème journée des dys (dyslexie, dyspraxie, dysgraphie, dyscalculie …)

Serpodile était invité par DFD (Dyspraxies France Dys), à Noyon (60), pour présenter ses cahiers.  Plusieurs enfants ont pu tester sous mes yeux J’apprends à écrire en cursive. S’entrainer à faire des lettres en cursive était un jeu pour eux. La notion de feu vert pour commencer le tracé et feu rouge pour lever le crayon était rapidement comprise. A partir de là, les enfants étaient ravis de s’entrainer et de réussir.

Cette journée m’a aussi permise de rencontrer des enseignants, directeurs d’école, orthoptistes …. avec qui j’ai pu échanger sur mes cahiers d’écritures. Les différentes personnes rencontrées ont fait un très bon accueil à mes produits.

Les parents m’ont aussi suggéré des produits qu’ils seraient intéressés d’avoir comme un cahier avec l’écriture des chiffres, des lettres cursive à commander à l’unité. Ce retour est très précieux, car c’est avant tout pour répondre au besoin des enfants et de leurs parents que je crée les cahiers de Serpodile.

Une question est souvent revenue : Est-ce que la méthode d’apprentissage est cohérente avec les méthodes des enseignantes ?  Tout dépend de la méthode de l’enseignante. Les lettres de  J’apprends à écrire en cursive et Je m’entraine à écrire en cursive  n’ont aucune « bouclette » et leur tracé a été au maximum simplifié. L’objectif de la méthode est d’aider au mieux l’enfant à avoir une écriture lisible même si certaines simplifications ont été faite. Pour les enfants dyspraxiques ou dysgraphiques l’intérêt de l’écriture est avant tout que la trace écrite puisse être relue et comprise par eux ou par un tiers.

Enfin cette journée, m’a permise de rencontrer Marie-Pierre Germain et d’autres membres de l’association DFD (Dyspraxies France Dys) . Des gens très accueillants et pleins d’énergies, n’hésitant pas à vous faire écrire avec des gants de chantier et des lunettes recouvertes de film étirable pour vous faire ressentir le quotidien des dyspraxiques.

Un grand merci à tous pour cette belle journée d’échange,

Elisabeth (alias Mme Serpodile)

 

journées des dyspraxiques, dysgraphiques

 

 

Précédent

Comment est vécu le handicap chez mes enfants ?

Suivant

Un cahier séyès 21×29,7 pour dyspraxique

  1. Jean FMI

    Bravo pour ton engagement à trouver des outils aidant les enfants à écrire.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén