Nouvelle version de J’apprends à écrire en cursive

28 novembre 2013 - Ecriture, Méthode - par Elisabeth 2 commentaires

Couverture j'apprends l'écriture cursive

Après 2 ans 1/2 d’existence et presque 300 exemplaires de vendus, J’apprends l’écriture cursive se perfectionne.

Je souhaite toujours continuer à améliorer les produits afin qu’il réponde au mieux aux besoins des enfants.

Un apprentissage étant toujours plus efficace lorsqu’il est fait avec plaisir, j’ai recherché un support d’écriture qui glisse bien, qui soit le plus facilement effaçable et qui soit résistant. J’ai alors testé plusieurs plastifications. Après plusieurs essais, j’ai trouvé un imprimeur qui me fournit ce que je cherchais. Depuis plusieurs mois, l’impression et la plastification des cahiers a donc évolué.

L’objectif de J’apprends l’écriture cursive est de donner une méthode d’apprentissage de l’écriture aux enfants ayant des difficultés pour automatiser leur écriture (enfant dyspraxique, dysgraphique, autiste). L‘écriture cursive étant une écriture lié (je vous expliquerai dans mon prochain article l’intérêt de l’écriture cursive face à l’écriture script entre autre), je suis toujours très attentive à ce que les lettres puissent « se donner facilement la main ».

Pour acquérir cette fluidité le tracé et le sens du tracé des lettres est capital dans l’écriture cursive. C’est pour aider l’enfant à ne pas lever son crayon à des moments inopportuns que j’ai apporté ces modifications.

J’ai ainsi modifié l’attaque de certaines lettres comme le v, le w et le y. Dans la première version, ces lettres commençaient directement par un pont à l’envers mais je me suis rendue compte qu’avec une canne à l’endroit pour commencer ces lettres, il était plus facile pour l’enfant de lier un a et un v par exemple.

Lettre v dans l'ancienne version

Lettre v dans l’ancienne version

lettre v

Lettre v dans la nouvelle version

Dans le même état d’esprit j’ai modifié les attaques des lettres i et u. Désormais dans la méthode d’écriture de Serpodile, le u et le i commenceront par un trait penché. L’objectif est toujours que l’enfant attache les lettres le plus spontanément possible.

lettre i

Un autre élément que je souhaitais apporter à la méthode est une revue de l’ordre pédagogique d’apprentissage des lettres. Après avoir lu le livre de Danièle Dumont, Le geste d’écriture, j’ai remanié cet ordre.

En travaillant les lettres ayant des gestes graphiques identique, l’enfant pourra plus aisément progresser dans son apprentissage de l’écriture. Dans cette nouvelle version je rassemble donc les lettres ayant des traits graphiques communs : les lettres rondes, celles avec une boucle, celles avec des ponts à l’endroits, celles avec des ponts à l’envers ….

A partir du tracé fondamental du rond par exemple, l’enfant pourra explorer toutes les lettres qui y font références : le a, le o, le d et le q.

Toutes ces modifications seront aussi prises en compte dans quelques temps dans les version ipad, iphone et android de la méthode.

Développer le potentiel de vos enfants 2/2

18 juin 2012 - Méthode - par Elisabeth Pas de commentaires

Des pistes (suite et fin) pour aider les enfants dans leurs apprentissages grâce à Viriginie Lefranc, praticienne en psychothérapie.

Les explications de Virginie rejoignent mes convictions et donc ma méthode d’écriture : pour qu’un enfant comprenne et apprenne bien, il faut que l’explication qu’on lui donne soit en adéquation avec ses préférences d’apprentissages.

Enfant auditif

« L’adulte doit favoriser l’expression orale, fournir verbalement toutes les explications dont l’enfant a besoin pour mémoriser et réaliser l’activité. Lui demander de répéter à haute voix les explications pour lui permettre ultérieurement de réaliser l’activité, de façon autonome. Le laisser lire, s’exprimer à haute voix est sa technique de mémorisation. »

 

La lettre d en cursive

Ceci est possible avec J’apprends à écrire en cursive et Je m’entraine à écrire en cursive. Chaque lettre peut se décomposer oralement en une suite d’enchainement que l’enfant pourra répéter.

Enfant communicatif

« Privilégier la discussion, la conversation, avec tout son entourage. L’enfant a besoin d’argumentations orales et a besoin de les vérifier en s’exprimant. Le laisser poser des questions, mais aussi le laisser s’expliquer. Les jeux de questions-réponses sont adaptés à son évolution. »

Enfant kinesthésique

« Privilégier l’apprentissage concret. L’enfant a besoin de mouvement. Dans l’action, il active ses facultés de mémorisation. Les jeux de rôles est les jeux de construction lui sont nécessaires. Pour se souvenir d’une chose apprise, il fait appel à des impressions déjà vécues. »

Dans  J’apprends à écrire en cursive et Je m’entraine à écrire en cursive chaque lettre est sur une page A4 permettant aux enfants de commencer l’apprentissage de l’écriture avec de grands mouvements.

Enfant visuel

« Les images sont très importantes, elles sont nécessaire à l’enfant pour lui permettre de faire le lien entre ce qu’il entend et ce qu’il comprend. Le dessin est à privilégier pour l’aider à comprendre et à devenir autonome. L’adulte doit privilégier ce mode de fonctionnement pour le communiquer à l’enfant qui sera à même ultérieurement de le mettre en pratique, face à une difficulté en posant lui même sur un papier un sujet, sous forme de graphiques, panneaux…

Les couleurs sont importantes, privilégier (feutres, crayons de couleur…), se sont pour lui des outils techniques de mémorisation. La vidéo et les reportages télévisuels favorisent son apprentissage. »

Enfin dans  J’apprends à écrire en cursive  chaque lettre est décomposée en segment de couleurs pour apporter aux enfants visuels des repères dans la décomposition des lettres.

La décomposition de la lettre en cursive

« Quelque soit la sensibilité de l’enfant, l’adulte doit :

  • Se mettre au niveau de l’enfant
  • S’assurer de la réceptivité de l’enfant
  • Parler avec des mots compréhensibles par l’enfant
  • Respecter le rythme de l’enfant
  • Se mettre à sa hauteur pour lui parler, présenter les objets à hauteur de son regard ou de ses mains
  • Veiller à son état de fatigue
  • Demander à l’enfant quels sont ses besoins pour l’accompagner dans ses gestes quotidiens.
  • Accepter également qu’il souhaite y arriver seul lui laisser le temps de le faire.

Il est important d’explorer toutes les facettes possibles du jeu pour lui en faciliter la maîtrise, favoriser son développement et ses comportements. »

Stress Psychothérapie
Virginie Lefranc
Praticienne en psychothérapie
Coach de vie
Consultante
http://www.stresspsychotherapie.fr

Développer le potentiel de vos enfants

Développer le potentiel de vos enfants 1/2

8 juin 2012 - Méthode - par Elisabeth Pas de commentaires

Viriginie Lefranc, praticienne en psychothérapie nous explique de quelle manière les enfants apprennent.

Son témoignage est totalement en adéquation avec mes convictions.

 » Tous les enfants naissent avec leurs potentiels.

Le développement de ses potentiels est fonction de sa personnalité, son caractère, mais aussi de son environnement, son éducation.

Plus l’adulte est attentif aux mécanismes de fonctionnement de l’enfant, plus celui-ci développe ses capacités.

Outre de partager un moment en commun, le jeu est un excellent outil pour permettre aux adultes de découvrir les aptitudes de l’enfant et favoriser son apprentissage.

Il est normal et naturel pour un enfant de s’amuser, de jouer. Le choix du jeu est important, il doit tenir compte des envies et des besoins de l’enfant.

Sa manipulation doit être aisée, pour en faciliter la prise, et stable pour une bonne maîtrise.

Plus sa texture est variée, plus les capacités de l’enfant sont stimulées.

Un jeu doit favoriser la coordination œil-main pour favoriser l’apprentissage.

L’enfant doit s’approprier le jeu pour pouvoir l’utiliser seul dans un second temps.

Le plaisir de jouer doit être plus important que l’effort de concentration qu’il nécessite.

Le jeu permet à l’adulte d’analyser la sensibilité d’apprentissage d’un enfant. Celui-ci peut-être auditif, visuel ou kinesthésique. En fonction de la sensibilité de l’enfant, l’adulte peut ainsi contribuer à l’évolution de l’enfant, en utilisant ses points forts.

Chaque individu a sa propre sensibilité d’apprentissage. Il peut être auditif, communicatif, kinesthésique, visuel. Prendre conscience des capacités auquel appartient l’enfant est vecteur de réussite. Le cerveau intégrant plus facilement ce qui est inné chez l’individu. »

Développer le potentiel de vos enfants