Étiquette : méthode

J’apprends à écrire les chiffres : le cahier effaçable

Nous vous avons déjà annoncé la sortie simultanée du cahier effaçable et de l’application pour tablettes numériques.

Je souhaite aujourd’hui revenir sur le cahier effaçable.

J'apprends à écrire les chiffres

Il est basé sur la même méthode que j’apprends à écrire en cursive et je m’entraine à écrire. Comme il y a évidemment beaucoup moins de chiffres que de lettres, j’ai construit ce cahier en réunissant les particularité des 2 cahiers « J’apprends à écrire en cursive » et « Je m’entraine à écrire en cursive« .

En clair qu’est-ce que ça veut dire ?

Dans J’apprends à écrire les chiffres votre enfant pourra commencer par apprendre tous les tracés de base nécessaires à la construction des chiffres (il y en 7) : le rond, le trait penché ….

tracé de base

Puis l’association de 2 ou 3 formes de bases, va permettre de réaliser le tracé d’un chiffre. Par exemple le 1 est un trait penché et un trait debout.

comment décomposer le tracé du 1

Dans cette première partie, tous les chiffres sont « découpés » visuellement grâce aux couleurs et aux formes des tracés de base.

Les chiffres 2 et 3

De plus un « feu vert » et une flèche indique le point de départ et le sens dans lequel doit se faire le tracé. Un point rouge matérialise le « feu rouge » auquel l’enfant doit arrêter son tracé. Toutes les particularités pédagogiques de la méthode sont expliquées au début du cahier.

Toutes les pages du cahier ont bien évidemment un cadre coloré permettant de délimiter l’espace et de donner des repères aux enfants.

Dans une deuxième partie du cahier, on retrouve la partie entrainement. Les formes de base et les chiffres sont « évidés ». Cette partie permet à l’enfant de s’entrainer sur les mêmes formes et chiffres qu’il a appris mais sans les repères de la première partie (couleur, découpage en tracés de base, feu vert, flèche et feu rouge). C’est l’occasion de voir si le départ du tracé et le sens du tracé sont acquis.

Les chiffres 2 et 3 évidés

Enfin dans une dernière partie, l’enfant pourra s’exercer à écrire les chiffres sur des lignes colorés avec différents interlignes (7mm, 5mm et 3mm)

Voilà vous savez tout, testez et n’hésitez pas à me faire un retour. C’est grâce aux retours et aux besoins de chacun que je fais évoluer mes produits.

Nouvelle version de J’apprends à écrire en cursive

Couverture j'apprends l'écriture cursive

Après 2 ans 1/2 d’existence et presque 300 exemplaires de vendus, J’apprends l’écriture cursive se perfectionne.

Je souhaite toujours continuer à améliorer les produits afin qu’il réponde au mieux aux besoins des enfants.

Un apprentissage étant toujours plus efficace lorsqu’il est fait avec plaisir, j’ai recherché un support d’écriture qui glisse bien, qui soit le plus facilement effaçable et qui soit résistant. J’ai alors testé plusieurs plastifications. Après plusieurs essais, j’ai trouvé un imprimeur qui me fournit ce que je cherchais. Depuis plusieurs mois, l’impression et la plastification des cahiers a donc évolué.

L’objectif de J’apprends l’écriture cursive est de donner une méthode d’apprentissage de l’écriture aux enfants ayant des difficultés pour automatiser leur écriture (enfant dyspraxique, dysgraphique, autiste). L‘écriture cursive étant une écriture lié (je vous expliquerai dans mon prochain article l’intérêt de l’écriture cursive face à l’écriture script entre autre), je suis toujours très attentive à ce que les lettres puissent « se donner facilement la main ».

Pour acquérir cette fluidité le tracé et le sens du tracé des lettres est capital dans l’écriture cursive. C’est pour aider l’enfant à ne pas lever son crayon à des moments inopportuns que j’ai apporté ces modifications.

J’ai ainsi modifié l’attaque de certaines lettres comme le v, le w et le y. Dans la première version, ces lettres commençaient directement par un pont à l’envers mais je me suis rendue compte qu’avec une canne à l’endroit pour commencer ces lettres, il était plus facile pour l’enfant de lier un a et un v par exemple.

Lettre v dans l'ancienne version

Lettre v dans l’ancienne version

lettre v

Lettre v dans la nouvelle version

Dans le même état d’esprit j’ai modifié les attaques des lettres i et u. Désormais dans la méthode d’écriture de Serpodile, le u et le i commenceront par un trait penché. L’objectif est toujours que l’enfant attache les lettres le plus spontanément possible.

lettre i

Un autre élément que je souhaitais apporter à la méthode est une revue de l’ordre pédagogique d’apprentissage des lettres. Après avoir lu le livre de Danièle Dumont, Le geste d’écriture, j’ai remanié cet ordre.

En travaillant les lettres ayant des gestes graphiques identique, l’enfant pourra plus aisément progresser dans son apprentissage de l’écriture. Dans cette nouvelle version je rassemble donc les lettres ayant des traits graphiques communs : les lettres rondes, celles avec une boucle, celles avec des ponts à l’endroits, celles avec des ponts à l’envers ….

A partir du tracé fondamental du rond par exemple, l’enfant pourra explorer toutes les lettres qui y font références : le a, le o, le d et le q.

Toutes ces modifications seront aussi prises en compte dans quelques temps dans les version ipad, iphone et android de la méthode.

J’apprends à écrire en cursive version ipad

J'apprends à écrire en cursive iPad

J’apprends à écrire en cursive est enfin disponible sur iPad. Elle se nomme cursive HD.

Cette application est la version « iPad » du cahier effaçable J’apprends à écrire en  cursive.

 

Vous retrouverez dans cette application, tout l’intérêt de la méthode « Serpodile » pour l’apprentissage de l’écriture cursive :

  • 14 tracés de base (rond, canne, boucle …) ayant chacun une couleur déterminée.
  • 26 lettres en cursives minuscules décomposées en fonction des 14 tracés de base. Les tracés de base se retrouvent visuellement dans chacune des lettres.
  • la description auditive de chacune des lettres en tracés de base qui permet aux enfants ayant du mal à automatiser leur geste d’écriture de verbaliser leur tracé. Cette verbalisation est particulièrement utile aux enfants dyspraxiques. La description est entendue par l’utilisateur de l’application à l’affichage de chaque nouvelle lettre.
  • un cadre coloré  qui permet de structurer l’espace. Les couleurs de ce cadre vont aider l’enfant à s’orienter en donnant une fonction à chaque couleur : le marron pour la terre, le bleu pour le ciel, le vert pour le feu vert et le rouge pour le feu rouge (en France on écrit de gauche à droite, on commence au feu vert et on termine au feu rouge). Cette aide est très utile aux enfants dyspraxiques.

Lorsque l’enfant réalise son tracé, il est contraint par l’application de commencer au « feu vert » matérialisé par un point vert et une flèche verte indiquant par où commencer le tracé et de terminer au feu rouge (matérialisé par un point rouge)

Enfin grâce à la taille de l’écran de l’iPad, la proportion des lettres est respectée. La hauteur du l est bien 3 fois celle du a, le d deux fois celle du a. Seul le f ne respecte pas tout à fait cette proportion (il est un petit peu plus petit que ce qu’il devrait être) car nous avons fait le choix de garder une taille suffisamment grande pour les « petites lettres ».

Cette première application iPad pour Serpodile n’est qu’un début. Nous préparons prochainement une version pour IPhone puis pour Android et Kindle fire. Un version pour l’Iphone devrait aussi bientôt voir le jour.

Cette application existe aussi en version lite.

Développer le potentiel de vos enfants 2/2

Des pistes (suite et fin) pour aider les enfants dans leurs apprentissages grâce à Viriginie Lefranc, praticienne en psychothérapie.

Les explications de Virginie rejoignent mes convictions et donc ma méthode d’écriture : pour qu’un enfant comprenne et apprenne bien, il faut que l’explication qu’on lui donne soit en adéquation avec ses préférences d’apprentissages.

Enfant auditif

« L’adulte doit favoriser l’expression orale, fournir verbalement toutes les explications dont l’enfant a besoin pour mémoriser et réaliser l’activité. Lui demander de répéter à haute voix les explications pour lui permettre ultérieurement de réaliser l’activité, de façon autonome. Le laisser lire, s’exprimer à haute voix est sa technique de mémorisation. »

 

La lettre d en cursive

Ceci est possible avec J’apprends à écrire en cursive et Je m’entraine à écrire en cursive. Chaque lettre peut se décomposer oralement en une suite d’enchainement que l’enfant pourra répéter.

Enfant communicatif

« Privilégier la discussion, la conversation, avec tout son entourage. L’enfant a besoin d’argumentations orales et a besoin de les vérifier en s’exprimant. Le laisser poser des questions, mais aussi le laisser s’expliquer. Les jeux de questions-réponses sont adaptés à son évolution. »

Enfant kinesthésique

« Privilégier l’apprentissage concret. L’enfant a besoin de mouvement. Dans l’action, il active ses facultés de mémorisation. Les jeux de rôles est les jeux de construction lui sont nécessaires. Pour se souvenir d’une chose apprise, il fait appel à des impressions déjà vécues. »

Dans  J’apprends à écrire en cursive et Je m’entraine à écrire en cursive chaque lettre est sur une page A4 permettant aux enfants de commencer l’apprentissage de l’écriture avec de grands mouvements.

Enfant visuel

« Les images sont très importantes, elles sont nécessaire à l’enfant pour lui permettre de faire le lien entre ce qu’il entend et ce qu’il comprend. Le dessin est à privilégier pour l’aider à comprendre et à devenir autonome. L’adulte doit privilégier ce mode de fonctionnement pour le communiquer à l’enfant qui sera à même ultérieurement de le mettre en pratique, face à une difficulté en posant lui même sur un papier un sujet, sous forme de graphiques, panneaux…

Les couleurs sont importantes, privilégier (feutres, crayons de couleur…), se sont pour lui des outils techniques de mémorisation. La vidéo et les reportages télévisuels favorisent son apprentissage. »

Enfin dans  J’apprends à écrire en cursive  chaque lettre est décomposée en segment de couleurs pour apporter aux enfants visuels des repères dans la décomposition des lettres.

La décomposition de la lettre en cursive

« Quelque soit la sensibilité de l’enfant, l’adulte doit :

  • Se mettre au niveau de l’enfant
  • S’assurer de la réceptivité de l’enfant
  • Parler avec des mots compréhensibles par l’enfant
  • Respecter le rythme de l’enfant
  • Se mettre à sa hauteur pour lui parler, présenter les objets à hauteur de son regard ou de ses mains
  • Veiller à son état de fatigue
  • Demander à l’enfant quels sont ses besoins pour l’accompagner dans ses gestes quotidiens.
  • Accepter également qu’il souhaite y arriver seul lui laisser le temps de le faire.

Il est important d’explorer toutes les facettes possibles du jeu pour lui en faciliter la maîtrise, favoriser son développement et ses comportements. »

Stress Psychothérapie
Virginie Lefranc
Praticienne en psychothérapie
Coach de vie
Consultante
http://www.stresspsychotherapie.fr

Développer le potentiel de vos enfants

Développer le potentiel de vos enfants 1/2

Viriginie Lefranc, praticienne en psychothérapie nous explique de quelle manière les enfants apprennent.

Son témoignage est totalement en adéquation avec mes convictions.

 » Tous les enfants naissent avec leurs potentiels.

Le développement de ses potentiels est fonction de sa personnalité, son caractère, mais aussi de son environnement, son éducation.

Plus l’adulte est attentif aux mécanismes de fonctionnement de l’enfant, plus celui-ci développe ses capacités.

Outre de partager un moment en commun, le jeu est un excellent outil pour permettre aux adultes de découvrir les aptitudes de l’enfant et favoriser son apprentissage.

Il est normal et naturel pour un enfant de s’amuser, de jouer. Le choix du jeu est important, il doit tenir compte des envies et des besoins de l’enfant.

Sa manipulation doit être aisée, pour en faciliter la prise, et stable pour une bonne maîtrise.

Plus sa texture est variée, plus les capacités de l’enfant sont stimulées.

Un jeu doit favoriser la coordination œil-main pour favoriser l’apprentissage.

L’enfant doit s’approprier le jeu pour pouvoir l’utiliser seul dans un second temps.

Le plaisir de jouer doit être plus important que l’effort de concentration qu’il nécessite.

Le jeu permet à l’adulte d’analyser la sensibilité d’apprentissage d’un enfant. Celui-ci peut-être auditif, visuel ou kinesthésique. En fonction de la sensibilité de l’enfant, l’adulte peut ainsi contribuer à l’évolution de l’enfant, en utilisant ses points forts.

Chaque individu a sa propre sensibilité d’apprentissage. Il peut être auditif, communicatif, kinesthésique, visuel. Prendre conscience des capacités auquel appartient l’enfant est vecteur de réussite. Le cerveau intégrant plus facilement ce qui est inné chez l’individu. »

Développer le potentiel de vos enfants

Apprendre à respecter les consignes.

Combien de fois les enfants ratent un exercice parce qu’ils n’ont pas bien lu ou compris la consigne ?

Apprendre à lire la consigne


Pour essayer de palier à ce problème et grâce à ma formation en gestion mentale (méthodologie d’apprentissage), je peux vous conseiller un petit protocole à mettre en place :

  1. Lisez ou faites lire la consigne par l’enfant
  2. Cachez la consigne
  3. Faites redire la consigne par l’enfant avec ses mots. Si la consigne est redite mot pour mot, amenez l’enfant à l’exprimer avec ses propres mots. Il ne doit pas apprendre par coeur la consigne mais l’avoir comprise et avoir retenu tous les éléments qui la compose.
  4. Faites comparer la compréhension de l’enfant avec la consigne écrite. Demandez lui ce qu’il a oublié. Cette étape amène à se mettre la consigne « dans la tête » et à bien prendre en compte toute la consigne. Apportez une attention particulière aux consignes qui comprennent plusieurs étapes (par exemple souligne et recopie). Faites remarquer à votre enfant le mot « et » qui implique plusieurs choses à faire.

Si l’enfant a du mal à comprendre la consigne, essayez de la changer en la mettant à la première personne du singulier si elle est exprimée à la 3ème personne et vice et versa.

Par exemple :  Paul achète 4 gâteaux et en mange 2, combien lui en reste-t-il ? peut devenir  J’achète 4 gâteaux et j’en mange 2, combien m’en reste-t-il ?

ou encore : J’achète 1 kg de fraises et 2 kg de pommes, combien pèse mon panier ? peut aussi devenir  Sophie achète 1 kg de fraises et 2 kg de pommes, combien pèse le panier de Sophie ?

J'apprends à écrire l'alphabet cursive

Je m’entraine à écrire l’alphabet en cursive

Je vous ais déjà présenté « J’apprends écrire l’alphabet : Les formes de bases » et  » J’apprends à écrire l’alphabet : l’écriture cursive » mais je ne vous ais toujours pas parlé de « Je m’entraine à écrire l’alphabet« .

J'apprends à écrire l'alphabet cursive

Ce cahier est un support d’entrainement pour les enfants qui ont déjà appris l’enchainement du mouvement permettant de former les lettres de l’écriture cursive.

Sur chaque page de ce cahier, se trouve la représentation cursive d’une lettre de l’alphabet.

Ce cahier permet à votre enfant de s’entrainer :

  • à bien commencer son tracé au bon endroit
  • à effectuer son tracé dans le bon ordre

Si votre enfant a appris à former ses lettres avec « J’apprends à écrire l’alphabet« , il retrouvera dans ce cahier les mêmes lettres mais « évidées » (l’enchainement visuel des formes de bases n’est plus visible). Votre enfant devra connaitre l’enchainement des formes (canne à l’endroit, pont, boucle ….) nécessaire à un tracé de qualité de la lettre.

écriture cursive : le m dans j'apprends à écrire l'alphabet

Le m dans "J'apprends à écrire l'alphabet"

écriture cursive : m

Le m dans "Je m'entraine à écrire l'alphabet"

Le commencement et la fin du tracé ne sont plus matérialisés par un feu vert et un feu rouge. Ce cahier est l’occasion de vérifier que votre enfant débute bien le tracé de sa lettre au bon endroit. Ce point est aussi capital pour acquérir une écriture lisible et efficace.

Dans l’objectif d’aider l’enfant dans sa concentration, dans chaque page sera représentée une seule lettre.

Votre apprenti écrivain retrouvera aussi le cadre bleu, marron, vert et rouge particulièrement adapté aux dyspraxiques et aux dysgraphiques.

Afin de pouvoir guider votre enfant, la description verbale de la forme est toujours présente en bas de chaque page du cahier. Pour certains enfants ayant des difficultés d’apprentissage de l’écriture, cette verbalisation peut-être capitale.

écriture cursive : boucle à l'endroit

Ce cahier est effaçable. Il est à utiliser avec un feutre pour tableau blanc (le feutre est fourni avec le cahier). Pouvoir effacer la trace écrite peut être très important pour des enfants conscients de leurs difficultés. Pouvoir effacer sa trace écrite dédramatise l’apprentissage de l’écriture.

Et enfin, effaçable permet de pouvoir réutiliser le cahier indéfiniment !!!

J’apprends l’écriture cursive : l’écriture cursive

g en lettre cursiveAprès l’apprentissage des formes de bases, votre enfant pourra apprendre à écrire les lettres de l’alphabet en cursive avec « J’apprends l’écriture cursive ».

Chaque lettre est décomposée en séquences graphiques dont l’élément unitaire est la forme de base.

C’est l’enchainement des formes de bases qui vont permettre à l’enfant de réaliser la lettre. L’enfant retrouvera le nom des formes qu’il a appris précédemment ainsi que leur couleur. L’enchainement des formes de bases doit être réalisé dans l’ordre et sans lever le crayon afin d’obtenir une écriture efficace et fluide.

Au fur et à mesure de son apprentissage, votre enfant précisera son geste et affinera son écriture. L’important est qu’il apprenne l’enchainement des tracés fondamentaux. Cet apprentissage est long et doit rester ludique.

J’apprends l’écriture cursive est un cahier effaçable. Votre enfant pourra s’entrainer avec un feutre effaçable puis recommencer autant de fois qu’il le souhaite. Le cahier effaçable permet à l’enfant de ne pas être obligé de laisser une trace indélibile de son travail. Ceci lui permet de dédramatiser l’apprentissage de l’écriture.

m en lettre cursive

Votre enfant ne retrouvera pas forcément les mêmes repères de couleurs ou les mêmes termes verbaux qu’en classe et peu même semblé un peu perdu. C’est normal, il lui faudra du temps pour tout assimiler. Vous pouvez aussi en parler avec son enseignant.

Les lettres sont classés par ordre de difficultés dans la méthode. Vous n’êtes pas obligé de respecter cet ordre et le mieux est d’apprendre à votre enfant l’écriture de la lettre simultanément à l’apprentissage du son de cette même lettre.

Apprendre l’orthographe

Apprendre l'orthographe

Afin d’élargir mes connaissances sur les différentes manières d’apprendre, j’ai suivi la formation à la pédagogie d’Antoine de la Garanderie.

Au cours d’un de ces stages, notre formateur (Frédéric Rava-Reny), nous a fait part de son « protocole d’orthographe ». Ce protocole donne une méthode aux enfants pour mémoriser de manière durable l’orthographe des mots d’usage.

Les étapes du protocole sont les suivantes :

  • Penser au sens du mot.
  • Penser à l’orthographe du mot.
  • Compter le nombre de lettres.
  • Epeler le mot à l’endroit.
  • Epeler le mot à l’envers.
  • Vérifier, Modifier, Compléter (VMC, ça aère le cerveau !) : recommencer à la première étape jusqu’à savoir le mot parfaitement. l’enfant vérifie et corrige ses erreurs et recommence à la première étape tant que le mot n’est pas su parfaitement.
  • Où et quand vais-je l’utiliser ?

Lors de ma formation, et après en avoir moi-même fait l’expérience, j’étais convaincue de l’intérêt de la méthode : l’enfant apporte du sens à ce qu’il apprend et l’apprentissage est ludique. Je me suis ensuite demandé, si cette méthode pouvait convenir pour  ma fille dyspraxique. Comment pourrait-elle compter mentalement les lettres d’un mot alors que dénombrer est un véritable challenge ? Comment pourrait-elle épeler un mot à l’envers vu ses difficultés d’orientation dans l’espace.

A l’usage, donner du sens à chaque mot a été capital. Savoir l’orthographe d’un mot dont on ne connait l’usage n’a aucun intérêt.

Elle est parfaitement parvenue à épeler les mots à l’endroit et à l’envers sans aucune difficulté et même beaucoup plus facilement que son frère sans handicap ….

Compter le nombre de lettres mentalement sur un mot long est plus difficile. Pour cette étape, elle a donc le droit de mettre une barre sur une feuille pour chaque lettre qu’elle compte.

Les lettres d'un mot pour un dyspraxique

Dans la pratique et pour les apprentissages courants, je demande à mes enfants d’apprendre leurs mots et de me les épeler à l’endroit et à l’envers. S’ils les épèlent facilement à l’envers c’est qu’ils savent leurs mots. S’ils ont plus de mal, j’ajoute des étapes pour trouver la difficulté qu’ils rencontrent. Par exemple, je leur demande de m’expliquer le sens du mot.

Que pensez-vous de cette méthode ? Avez-vous d’autres méthodes pour apprendre l’orthographe d’un mot ?

Crédit photo Tiago A. Pereira

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén